Rencontre avec Philippe Mestach, responsable des projets neufs au sein de l’agence

Rencontre avec Philippe Mestach, responsable des projets neufs au sein de l’agence immobilière Latour & Petit. Il nous parle de l’évolution de l’immobilier neuf à Bruxelles et nous présente les avantages de ce type de construction.

Comment se porte l’immobilier neuf à Bruxelles ?

Étant beaucoup moins énergivore que l’immobilier résidentiel « ancien », l’immobilier neuf à Bruxelles se porte très bien. De par le côté durable alloué à ce type de biens, de plus en plus d’acquéreurs se tournent vers des rénovations ou vers des constructions neuves afin d’améliorer leur empreinte écologique.

A l’heure actuelle, nous commercialisons 35 développements neufs et très divers sur Bruxelles :  que ce soient des copropriétés de quatre ou cinq appartements, des lotissements pour la construction de maisons unifamiliales, voire même des projets plus importants allant jusqu’à une centaine d’unités de logements.

Comment les prix de l’immobilier neuf ont-ils évolué au cours de ces dernières années ?

Toutes zones géographiques confondues en Belgique, le coût de l’immobilier neuf a augmenté et ce, pour plusieurs raisons. Le premier facteur est la progression du niveau d’exigence en matière d’isolation acoustique et, surtout, thermique. L’épaisseur des matériaux isolants étant plus importante, cela a un impact sur la superficie de l’habitation. Le rajout d’isolant ainsi que la diminution de la surface du bien engendrent des surcoûts.

Le deuxième facteur est lié au fait que les promoteurs sont beaucoup plus surveillés par rapport à ce qu’ils érigent comme constructions.  La conséquence de cela est qu’ils sont dans l’obligation de payer des sociétés de contrôle relativement coûteuses.

Tout cela influe donc sur le prix de l’immobilier neuf, d’autant que l’offre reste encore bien inférieure à la demande.

Pourquoi investir dans de l’immobilier neuf plutôt que dans de l’immobilier existant ?

Investir dans de l’immobilier neuf offre plusieurs avantages.

Premièrement, lorsque vous souhaitez investir, vous devez quantifier précisément le coût de votre investissement.

L’avantage de l’immobilier neuf est que ce coût est maîtrisé. En effet, vous disposez d’un prix fixe ainsi que d’une garantie décennale sur la stabilité et l’étanchéité du bâtiment. Cette garantie de dix ans représente une véritable sécurité étant donné qu’elle porte sur les deux aspects susceptibles de poser des problèmes ou qui pourraient s’avérer couteux en cas de soucis dans les constructions neuves. Vous bénéficiez également d’une garantie usuelle de deux ans sur l’électroménager et d’une garantie d’au moins un an sur les vices cachés du logement.

De plus, il est important de savoir que pour un bâtiment nouvellement construit, il n’y aura pas de frais importants à prévoir sur celui-ci pour les 15 années à venir. C’est donc un « business plan parfait » : nous savons exactement combien nous payons au départ et nous aurons, pendant 15 ans, une rentabilité de X.

Dans l’immobilier résidentiel « ancien », nous n’avons pas cette constante et cette maîtrise. En effet, la copropriété peut décider d’entreprendre certains travaux que vous n’aviez pas envisagés. Cela peut concerner tant la réfection de terrasses que de toitures, le remplacement de châssis, la mise en œuvre de matériaux isolants, des chaudières, etc. Il s’agit donc de facteurs que l’on contrôle beaucoup moins lorsque l’on achète dans du résidentiel datant de plus de 10 ans.

Deuxièmement, lorsque vous investissez dans de l’immobilier neuf, vous avez une plus grande liberté de choix. En effet, en achetant votre bien sur plan, il vous est possible de choisir tant l’aménagement des lieux, comme l’agrandissement ou la diminution de la taille d’une pièce par exemple, que les finitions (choix des matériaux, de l’électroménager, etc) en fonction de ce que vous souhaitez.

Quel est l’avenir de l’immobilier neuf selon toi ?

Etant donné les nombreux avantages qui lui sont attribués, les investisseurs se tournent de plus en plus vers l’immobilier neuf. Néanmoins, le nombre de terrains disponibles est en constante diminution. Nous allons donc progressivement soit démolir purement et simplement les bâtiments existants pour en reconstruire de nouveaux, soit les désosser et les reconditionner conformément aux réglementations en vigueur, que ce soit au niveau des équipements thermiques, acoustiques et des normes d’habitabilité. 

Et pour prévenir les perspectives de Bruxelles 2050, il est certain que les performances énergétiques de l’immobilier neuf (ou rénové en profondeur) n’auront pas de prix.


Leave a Comment