5 tendances dans l’immobilier

Stabilisation du nombre de transactions

Le marché immobilier belge résiste face à une situation économique compliquée (inflation, augmentation des prix de l’énergie, etc). 

Selon un article du Trends, sur les 3 premiers trimestres, le nombre de transactions a légèrement diminué de 1,7% par rapport à l’année dernière qui était une année record. 

Si l’on compare le nombre de transactions actuelles à celles rapportées avant la crise du covid 19, elles sont en revanche en augmentation d’environ 15%. 

Cette légère baisse ressentie cette année peut s’expliquer par la crise économique que nous traversons actuellement. 

En effet, les contraintes économiques poussent les gens à devenir plus rationnels et à revoir leurs projets. 

Le marché semble donc se rééquilibrer après une situation post-covid qui avait engendré une diminution de l’offre de biens à vendre et une augmentation de la demande. 

Baisse des prix

Si nous tenons compte de l’inflation, les prix des biens immobiliers sont en baisse. 

Pour les maisons, cette diminution est de -5,4% dans le Brabant Wallon, -3,9% dans le Hainaut, -5% à Liège, -3% à Namur et de -2,6% à Bruxelles (Source : Trends). 

Cette tendance se ressent également dans le prix des appartements. 

Par contre, les prix des biens immobiliers dans la province du Luxembourg ont augmenté de plus de 4,5%. 

Augmentation des taux d’intérêt

La hausse des taux continue encore de progresser en novembre. 

La perspective d’une diminution des taux n’est pas à l’ordre du jour. Selon l’Echo, plusieurs spécialistes tels que Brecht Coene (expert de guide.epargne.be) et Patrick Seghers (courtier) recommandent de ne pas patienter pour acheter au risque de voir les taux d’intérêt augmenter davantage. Ils conseillent donc d’investir dès maintenant. 

De plus, d’autres conditions pourraient être demandées dans le futur afin de pouvoir accéder au crédit selon Brecht Coene. 

Il révèle qu’il n’est pas exclu que les banques intègrent de plus en plus les certificats de performance énergétique dans les demandes de financements. 

Il est donc intéressant d’acheter maintenant mais attention à ne pas se précipiter sur n’importe quel bien. 

Augmentation des jeunes acheteurs

Malgré le contexte économique compliqué, le nombre de jeunes acheteurs âgés de moins de 30 ans est plus élevé qu’en 2021. 

“En 2021, seuls 27,9 % des acheteurs avaient 30 ans ou même moins. Cette année, ce pourcentage s’élève à 30,2 %. Au cours des 9 premiers mois de 2022, ce pourcentage était de 32,2% en Flandre, en progression par rapport à 2021 (28,4%). En Wallonie, le pourcentage de jeunes acquéreurs atteint 28% (contre 28,4% en 2021). C’est à Bruxelles qu’il est le plus faible (21,2%), en retrait par rapport à 2021 (22,9%).” (Source : Trends)

Systèmes énergétiques innovants dans les constructions neuves

Ce début d’année académique marque une légère baisse du prix des matériaux de construction mais une augmentation exponentielle de celui de l’énergie. Les promoteurs ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes et d’équiper leurs constructions de panneaux solaires, de pompes à chaleur, de géothermie et d’autres systèmes permettant de diminuer voire de supprimer l’ensemble des coûts énergétiques afin d’obtenir des charges équivalentes à 0.

Leave a Comment